Agenda

Consulter l'agenda complet

  • Symboles universels. Le dragon.
    jeudi 1 décembre 2022 de 10h à 12h
    19 Bd Salvator 13006 Marseille

  • Symboles universels. Le labyrinthe.
    jeudi 8 décembre 2022 de 10h à 12h
    19 Bd Salvator 13006 Marseille

  • L'actualité des pratiques des écoles de philosophie antique. Le rapport à soi-même.
    jeudi 26 janvier 2023 de 10h à 12h
    19 Bd Salvator 13006 Marseille

 

Arguments pour

Oui, cela sert de s’indigner.

Arguments contre

Non cela ne sert pas de s’indigner.

 

-Combattre les injustices (actions sociales, ex : resto du cœur).

 

-S’ouvrir à d’autres idées, ouvrir le débat.

 

-Prendre conscience du problème.

 

-Se rassembler  (droit de vote femmes)

 

-Eviter l’indifférence, la passivité.

 

-Amène du changement (révolution tunisienne).

-Amène au progrès, a une évolution.

 

-Permet de prendre du recul, réflexion, distance, discernement.

 

 

 

-Dangereux, fatigant.

 

-La colère n’est pas bonne conseillère.

 

-Ce n’est pas constructif.

 

-Inutile si il n’y a pas de stratégie, de réflexions, de distance.

 

-Aveuglement, émotions.

 

-Non si c’est contre mes intérêts

(plus confortable)

 

 

 


A quoi cela sert-il de s’indigner ?

L’indignation nait d’un sentiment d’injustice, d’une opposition profonde entre ce que je vois, et ce que je souhaiterais que ce soit, selon mes propres valeurs morales. Cette indignation peut s’exprimer par la colère, mais est-elle utile ?

On peut penser que non car le changement ne peut se baser sur un fondement émotionnel. L’indignation peut même devenir dangereuse et peut aboutir à des abus, voire à la mise en place de systèmes plus désastreux que les précédents.

A l’inverse, l’indignation peut être perçue comme un moyen de ne pas tomber dans l’indifférence et le désœuvrement. Agissant comme déclencheur d’une construction nouvelle, vers un idéal, vers quelque chose de meilleur. Ainsi elle peut être vue comme un moyen de rassemblement pour un changement futur.

 

De nombreuses personnes s’indignent de l’état actuel du monde. La question qui s’impose alors est la question de notre responsabilité individuelle puis collective et enfin mondiale.

Qui décide de changer le monde ? Qui change le monde ? Nous ? Les autres ?

 

 

 

 

Du sentiment d'indignité: se pardonner à soi:

http://sergecar.perso.neuf.fr/cours/pardon.htm#indignit%C3%A9