Synthèse et questionnement sur le café philo du 08 janvier 2012:

Qu'est ce que la douceur de vivre ?

Aspect intérieur : Condition Equilibre Sérénité

Aspect extérieur : Besoin d'un environnement favorable, un environnement agressif est un empêchement.

Question : nécessaire, suffisant, nécessaire et suffisant?

 

Comment ?

3 « niveaux »

-         seul avec soi-même

-         avec d'autres mais « en phase »

-         avec tous en restant bienveillant à la différence de position de l'autre.

Qu'est-ce qui nous paraît souhaitable, atteignable, quelles sont les difficultés, comment les surmonter?

 

Douceur de vivre et conflit:

Qu'est-ce qui est en jeu dans le conflit? Qu'est-ce qui incompatible avec la douceur de vivre? Douceur de vivre et conflit sont-ils conciliables? Comment et quelles en sont les conditions?

 

L'art de vivre en paix

 

Par Françoise Béchet

 

Défenseur de la culture de la paix, Pierre Weil (1) préconise le dialogue entre les connaissances scientifiques et les pratiques spirituelles permettant à chacun de découvrir des espaces personnels de paix et de paix avec les autres et avec la nature.

 

Selon Pierre Weil, le monde occidental qui a imposé son modèle à la planète vit sous l’influence d’un modèle newtonien-cartésien, qui a conduit la connaissance humaine à une vision fragmentée du monde et à un tel degré de spécialisation dans la connaissance (science, philosophie, art, religion), que nous avons perdu le contact avec l’essentiel et la terre est devenue une véritable tour de Babel. L’individu n’a évidemment pas échappé à cette fragmentation entre son corps, ses émotions, sa pensée et ses intuitions. Le monde est en crise avec la montée de la violence, notamment dans les classes d’âge de plus en plus jeunes, ce qui conduit Pierre Weil a dire : «la violence, qui nous menace où que nous soyons, est l’un des symptômes de la crise de sens à laquelle est confrontée notre humanité.» (2) Pour lui, instaurer une culture de la paix consiste à opérer d’abord un changement de paradigme, c'est-à-dire de mode de pensée. Il nous faut passer d’une culture de compétition et de guerre à une culture de la paix.

 

Nous assistons en ce moment à un changement de perspective du réel et à l’émergence d’un nouveau paradigme inter et transdisciplinaires de type holistique. Cette nouvelle vision du monde est en train de naître de la rencontre entre les théories scientifiques les plus pointues, comme la physique quantique, les théories psychologiques et les grandes traditions spirituelles d’orient et d’occident, qui permettent de relier le cœur et la raison.

 


Agir au niveau de l’individu, de la société et de la Nature

La paix doit être vue comme un phénomène à la fois intérieur et extérieur, qui relève à la fois de l’écologie intérieure, de l’écologie sociale et de l’écologie planétaire.

Il faut sortir de la séparativité qui enchaîne l’humanité et la terre dans une logique de conflit et de destruction de la paix et passer à une logique de construction de la paix.

L’art de vivre en paix doit être envisagé de façon globale comme un processus de transformation à trois dimensions en interaction :

- La paix avec soi-même implique l’individu dans sa globalité : la paix du corps qui s’acquiert par l’exercice et la santé, la paix des sentiments, en développant des sentiments d’amour, de joie, de compassion, d’équanimité, la paix du mental ou de l’esprit en développant la connaissance de soi et la sagesse.

- La paix avec les autres implique la société dans sa globalité : une culture fondée sur des valeurs de beauté, de vérité, de justice et de spiritualité ; une vie sociale fondée sur des valeurs de synergie, de coopération et de solidarité ; une économie fondée sur la simplicité dans les échanges, un confort essentiel mais non exagéré, un développement viable.

- La paix avec la nature implique de vivre en harmonie avec notre environnement, de respecter la vie sous ses différentes formes et d’apprendre à connaître la nature dans sa diversité et sa complexité.

Cette éducation concerne tout le monde, en commençant par les éducateurs. Car c’est grâce à l’exemple de leur paix intérieure et de leur aptitude à la faire rayonner et à la développer chez les autres, qu’il sera possible de dépasser le stade de la simple transmission intellectuelle et académique, pour faire émerger une véritable culture de la paix.

 

Instaurer un dialogue entre les sciences et les pratiques spirituelles

La méthode d’éducation préconisée par Pierre Weil est une synthèse entre les connaissances scientifiques, psychologiques et spirituelles, d’Orient et d’Occident. Elle regroupe les méthodes de dialogue, les arts martiaux pacifiques, les arts et notamment la danse et la musique, les différentes sortes de yoga et de techniques de méditation, le théâtre, les méthodes de résolution des conflits.

 

L’objectif essentiel de ces méthodes est la découverte personnelle des espaces de paix et leurs relations avec certains états de la conscience et d’aider à comprendre que notre vécu est fonction de l’état de conscience dans lequel nous nous trouvons. Si nous changeons d’état de conscience nous changerons de comportement.

 

Dans un contexte international très tendu, nous ne pouvons que remercier ce type d’initiative et réaffirmer l’Idéal de paix qu’a toujours incarné la philosophie, en permettant à l’apprenti philosophe d’apprendre à se connaître lui-même, à être un acteur engagé dans la société et à renouer avec la connaissance et le vécu des lois intimes de la nature.

 

(1) Voir encadré

(2) Pierre Weil, L’art de vivre en paix. Manuel d’éducation pour une culture de la paix. Editions Unesco/Unipaix

 

Le 14 septembre 1999, les Nations unies et l’UNESCO déclarèrent l’an 2000 «année internationale de la culture de la paix» et la décennie 2001-2010 «décennie internationale de la promotion d’une culture de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde.»

Ce combat n’est pas nouveau pour Pierre Weil, Alsacien d’origine et docteur en psychologie à la Sorbonne. À la demande du gouverneur de Brasilia (Brésil), il mit sur pied en 1986 la Fondation Cité de la Paix destinée à créer, en 1988, l’Université holistique internationale de Brasilia UNIPAIX, dont il est recteur et pour laquelle il mit au point un programme transdisciplinaire d’éducation à la paix, dont le séminaire de base est «l’art de vivre en paix».

 

 

Pierre WEIL est l’auteur d’une trentaine de livres dont le livre Une révolution silencieuse, paru aux éditions du Rocher. Cet ouvrage autobiographique relate vingt-cinq ans d’expériences personnelles et transpersonnelles d’un homme qui parce qu’il a découvert le monde merveilleux d’une autre dimension a décidé de donner un sens différent à son existence : une vie d’être et non plus d’avoir, une révolution silencieuse où l’individu agit en accord avec son être intérieur.

 

Sur l’air de l’hymne français La Marseillaise, Pierre Weil a composé L’Hymne à la planète qu’il a chanté pour la première fois en 1986 au Symposium sur l’Alliance, au Centre International de la Sainte Baume. Robert Muller l’a proposé au Choral de l’ONU.

Allons enfants de la planète

L’ère de paix est arrivé

Saturé de tant de conquêtes

Cultivons l’amour, la beauté (bis)

Ouvrons nous tous à la lumière

Nos cœurs et nos mains enlacés

Semons des fleurs sur les frontières

Et qu’en nous explose la joie d’aimer.

 

Refrain

Vivons la liberté

Dans la fraternité

Chantons, dansons,

D’un seul élan

Vibrons à l’unisson.

 

Que nos forêts et nos campagnes

Préservent la vie de nos bébés.

Respirons l’air pur de nos montagnes

De notre terre fertile et sacrée (bis)

Inspirons nous de la sagesse

Et qu’elle accompagne nos pas

Que nos cœurs s’emplissent de tendresse

Et que des guerres

L’esprit sonne le glas.

 

Refrain

Vivons la liberté

Dans la fraternité

Chantons, dansons,

D’un seul élan

Vibrons à l’unisson.